Plaidoyer pour une formation « entreprise qualifiante »

le .

Au delà des cursus traditionnels de formation, il est nécessaire de mettre en place de nouvelles formations totalement adaptées aux besoins de l’entreprise. Plaidoyer de Jean-Marc Bochaton en ce sens, malheureusement pas encore entendu de Pôle Emploi et de la Mission locale du Chablais

Pour le PDG du groupe Bochaton, le constat sur les métiers dits « en tension » est lourd. Sur des postes qualifiés comme chauffeur de poids lourd ou chauffeur pompiste (voir photos), son entreprise ne trouve aucun profil et doit souvent recruter des salariés européens. Or pourtant une idée serait simple à mettre en place, selon lui : proposer au jeune une formation « entreprise qualifiante » en partenariat avec Pôle Emploi ou la Mission locale.

Avec ce mécanisme, un jeune pourrait ainsi avoir une formation qualifiante de six mois à un an, au métier de chauffeur PL et serait ensuite intégré dans l’entreprise demandeuse. Car aujourd’hui, explique Jean-Marc Bochaton, un permis PL ne suffit pas pour être opérationnel dans l’entreprise. « Des PME comme Bochaton n’ont pas les moyens d’assurer une telle formation, souligne t-il. De même, on ne trouve pas en France de chauffeurs pompistes formés et directement opérationnels ».

Cette formation « entreprise qualifiante » pourrait être étendue à d’autres métiers sous-tension dans la région du Chablais comme par exemple dans la menuiserie, le tri sélectif, le levage, etc. Mais pour l’instant, depuis qu’il a parlé de ce projet à Pôle Emploi ou à la Mission locale, Jean-Marc Bochaton a reçu une fin de non recevoir sous prétexte qu’il n’existe pas de modèle existant pour ce type de formation. Un peu dommage en ces temps de chômage en hausse…